, ,

Il illustre la paralysie du sommeil via d’effrayants clichés

Atteint de paralysie du sommeil depuis 15 ans, cet homme exorcise ses souffrances à travers des mises en scènes photographiques qui font peur !

La paralysie du sommeil est un trouble qui touche à peu près 20% de la population mondiale.                         Les symptômes de ce phénomène se manifestent à travers des immobilisations du corps, des hallucinations auditives et visuelles ainsi qu’une sensation de peur au ventre.

Quand on est sujet à la paralysie du sommeil, notre esprit est soumis à ses plus grandes frayeurs soit avant de nous endormir ou dès que nous commençons à nous éveiller.

En général, on est happé dans un état de conscience avec des délires sensoriels et d’horribles visions tandis que notre corps est intégralement figé dans l’incapacité de bouger.                                                                   Longuement méconnu, cet étrange phénomène survient suite au déclenchement de l’atonie musculaire (paralysie naturelle du corps) pendant la phase du sommeil paradoxal (dernier stade d’un cycle de sommeil) qui nous empêche de bouger pendant nos rêves afin de ne pas nous blesser.

Paralysie du sommeil

Une réaction d’auto-protection consciente malgré l’altération de nos fonctions motrices à ce moment-là.

Après 15 ans de cauchemar, le photographe d’art américain Nicolas Bruno qui souffre de ce trouble au quotidien a voulu exposer son vécu nocturne en l’illustrant à travers des clichés très sombres comme vous allez le constater. Pour l’artiste, ce projet aussi une initiative thérapeutique qui le met face à ses démons lui permettant ainsi de les maîtriser pour se débarrasser de toutes ses craintes liées à la paralysie du sommeil.

Il photographie la paralysie du sommeil

Sa démarche ? Il note tous ses calvaires dès qu’il ouvre les yeux et les matérialise en ajoutant quelques références historiques pour étoffer ses œuvres. En se mettant dans la peau d’un personnage diffèrent à chaque réalisation, Nicolas Bruno est très soucieux des détails en donnant vie à ses luttes physiques et mentales :  « J’accorde une immense importance à l’histoire de l’art, la peinture, la sculpture, la couture et l’histoire de la mode » explique t-il.  

En plus de sa volonté de partager son art inspiré de son vécu, le plasticien souhaite aussi toucher toutes les autres personnes qui vivent ses états éprouvantes : « les personnes qui ont déjà connu la paralysie du sommeil au moins une fois dans leur vie seront en mesure de trouver les symboliques que j’ai dispersées dans mon travail ». 

Nicolas Bruno, photographe

Regardez, malgré leurs côté Dark ces photos peuvent interpeller tous ceux qui ont déjà expérimenté la paralysie du sommeil sans pouvoir se l’expliquer .

 

 

Une réaction d'auto-protection consciente malgré l'altération de nos fonctions motrices à ce moment-là.
Une réaction d’auto-protection consciente malgré l’altération de nos fonctions motrices à ce moment-là.