,

L’alcool peut détoxifier le cerveau le saviez vous?

Pour profiter des bienfaits de l’alcool, il faut aussi étaler sa consommation.

La consommation d’alcool aiderait le cerveau à se débarrasser des toxines. Une étude vient de le démontrer.Oui oui vous avez bien lu! bonne nouvelle non ?

Il a été souvent dit que la consommation d’alcool pouvait détruire les cellules nerveuses à l’intérieur du cerveau. Mais qu’en est-il réellement ?

S’il est bien évidemment très important de souligner que la consommation excessive d’alcool soit un danger pour la santé ,il semblerait qu’à une faible échelle, cela pourrait avoir des effets positifs sur notre santé.

Pour preuve, des études avaient déjà mis en évidence un lien entre une faible consommation d’alcool et la réduction du risque d’accident vasculaire cérébral ou d’insuffisance cardiaque.

Cette fois-ci, l’étude en question menée par le Dr Maiken Nedergaard de l’Université de Rochester (États-Unis), laisse entendre que consommer de l’alcool en quantité très modérée aiderait le cerveau à se débarrasser de ses toxines.

Savez-vous qu’un verre d'alcool peut détoxifier le cerveau ?
La consommation d’alcool doit être de légère à modérée : un verre par jour pour les femmes, un à deux pour les hommes

Pour aller plus loin, des chercheurs ont étudiés le système glymphatique des souris et ont vu qu’une consommation excessive d’alcool générait une importante inflammation du cerveau . Dans le cas inverse, les rongeurs exposés à une quantité modérée d’alcool présentaient non seulement beaucoup moins d’inflammation dans le cerveau, mais surtout avaient un système de nettoyage des toxines plus efficace que celles qui n’avaient pas reçu d’alcool.

Savez-vous qu’un verre d'alcool peut détoxifier le cerveau ?
Une chose est certaine ,l’acool ne peut avoir des effets bénéfiques qu’à certaines conditions.

Des études précédentes ont montré que la consommation dalcool faible à modérée est associée à un risque moindre de démence, tandis que la consommation excessive d’alcool pendant de nombreuses années engendre un risque accru de déclin cognitif. Notre étude peut aider à expliquer pourquoi cela se produit. Plus précisément, de faibles doses semblent améliorer la santé globale du cerveau » souligne le Dr Nedergaard.

Une nouvelle à prendre modérément bien sur.