, ,

Un lycéen sauve une fillette, prisonnière d’une voiture en feu

Dans l’affolement, la panique et la précipitation, une mère de famille oublie de détacher sa petite fille de 5 ans dans un véhicule en feu.

Un lycéen sauve une fillette, prisonnière d’une voiture en feu.

La scène se passe en France, suite aux manifestations de soutien de Théo, jeune homme qui a subi de graves violences policières. Mais le soutien présumé a vite tourné en émeutes de jeunes contre des agents de la brigade CRS. Dans le chaos le plus total, les manifestants ont commencé par mettre le feu à des poubelles, puis par brûler des voitures.

Ils s’en sont pris à un véhicule où se trouvaient encore une femme et ses 2 enfants. Dans l’affolement et la précipitation, la mère de famille réussit à sortir de la voiture avec le plus jeune de ses enfants, mais dans la panique, elle oublie de détacher sa petite fille de 5 ans. Et comme tétanisée, elle n’a pas réussi à bouger et a été spectatrice du reste de la scène. Fort heureusement, un jeune de 16 ans, Emmanuel Toula, n’a écouté que son courage et son cœur, et aux périls de sa vie, il a extirpé la petite fille des flammes où elle aurait sans doute péri sans son intervention. Il l’a ensuite serrée fort dans ses bras avant de la confier à un représentant des forces de l’ordre, afin de retrouver sa mère dans la foule.

« J’avais peur, j’imaginais que la voiture pouvait exploser à tout moment », dit-il. Mais « je me disais que je ne pouvais pas laisser une petite comme ça. Surtout qu’autour, il y avait des passants et que personne ne faisait rien ».

« Je ne suis pas un héros, je veux juste rétablir la vérité »

Son témoignage, publié sur Blondy Blog, vient dénoncer un mensonge et contredire les informations qui ont circulé un temps sur tous les grands médias de la télévision et de la radio. Effectivement, ce sauvetage in extremis de la fillette avait été tout d’abord attribué à la police, mais à travers ses déclarations, le jeune homme a simplement voulu rétablir la vérité.

Le jeune héros n’a pas le profil d’un casseur, il raconte même : « la manifestation commençait à partir en vrille. J’ai décidé de m’éloigner ». La préfecture a même félicité le courage de l’adolescent.