, ,

Une mère est accusée d’avoir tué ses 5 bébés et de les avoir mis dans des sacs poubelle

Dans une forêt du Haut-Rhin, un homme découvre en 2003 quatre cadavres de bébé dans des sacs poubelles et 14 ans plus tard, une mère de famille quinquagénaire est soupçonnée d’infanticide.

Accusée d’avoir tué cinq de ses nouveaux-nés entre les débuts des années 1990 et 2005, une mère de famille de 53 ans a été arrêtée et mise en examen à Mulhouse après une concordance d’ADN découverte 14 ans après le crime.

Le 21 octobre 2003, le propriétaire d’un terrain proche de la forêt de Galfingue (Haut-Rhin) du nom de Philippe Gave, avait fait une découverte macabre qui a choqué les habitants de la région.

Cachés sous des ronces, quatre sachets poubelles contenaient des cadavres de bébés en état de décomposition.

Cachés sous des ronces, les nouveaux-nés étaient dans des sacs-poubelles avant d'être retrouvé par un propriétaire de terrain proche de la forêt
Cachés sous des ronces, les nouveaux-nés étaient dans des sacs-poubelles avant d’être retrouvé par un propriétaire de terrain proche de la forêt

Suite à des analyses ADN effectués par les autorités, il s’est avéré qu’au moins trois d’entre eux avaient la même mère et qu’il s’agissait de trois filles et un garçon.

D’après l’autopsie, les nourrissons étaient nés vivants mais ont été étranglés avec des cordelettes qui ont été retrouvées autour de leur cou.

Par manque de preuves, les policiers chargés de l’affaire ont fermé le dossier d’enquête en 2009 avant d’être réouverte en 2013 grâce au profil ADN.

Embrouillés face à cet énigme, les enquêteurs ont été aidés par le hasard en 2016, Sylvie H., son compagnon et son fils aîné ont été impliqués dans une bagarre avec des voisins qui a entraîné une enquête de gendarmerie.

C’est ainsi que leurs empreintes ADN ont été prélevées et les enquêteurs ont eu la révélation que le profil génétique de Mme H. correspondait parfaitement aux prélèvements effectués en 2003 dans les sacs-poubelle de Galfingue.

Interpellée avec son conjoint, elle a été mise en examen pour « homicides volontaires » pour le meurtre de ses cinq nouveaux-nés, et non pas quatre, car les enquêteurs ont trouvé un cinquième corps de bébé au domicile du couple.

Sylvie H. risque la réclusion à perpétuité et d’après ce que les enquêteurs ont dévoilé, pendant plusieurs années, elle cachait ses grossesses et ce même à son conjoint puis accouchait toute seule et à chaque fois, elle tuait son bébé avant de le mettre dans un sac-poubelle, pour ensuite s’en débarrasser elle-même dans la forêt.

D’après le procureur : « lorsque les gendarmes sont venus l’interpeller mardi, la quinquagénaire a tout de suite compris pourquoi on venait la chercher et a presque livré ses aveux comme une délivrance » a déclaré M. Alzéari.